PURGA2 : LE MEMINADER ET L’ANADER SUPERVISENT LES ACTIVITES DES EXPLOITATIONS DANS LE NORD     -    Par : ALEXIS KOUASSI / CSRISI DR NORD

PURGA2 : LE MEMINADER ET L’ANADER SUPERVISENT LES ACTIVITES DES EXPLOITATIONS DANS LE NORD

Pour atténuer l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur le secteur agricole, l’Etat ivoirien a mis en place le Projet d’Urgence pour la Sécurité Alimentaire (PURGA). Bien que les résultats attendus aient été satisfaisants, des défis restent encore à relever. Ainsi, pour cette deuxième phase du projet, afin de s’assurer de la bonne exécution des activités, le Ministère d’Etat Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MEMINADER) a convenu de commun accord avec les AE (Agences d’Exécution) de mettre en place une cellule chargée du suivi et l’évaluation opérationnelle.
En qualité de maitre d’œuvre du PURGA 2, l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER) a été associée à la mission de suivi-évaluation organisée par le Ministère à la Zone de Dabakala, de la Direction Régionale Nord de l’ANADER. Ladite mission avait pour objectif de valider les sites retenus dans le cadre du projet concernant la filière céréale/manioc, maïs, et les cultures maraichères.
Plusieurs sites ont été visités dont entre autres celui de Monsieur Ali Ouattara, situé à KONGOBANADOUGOU. D’une superficie de 3ha, il présente des avantages car situé à proximité d’un point d’eau. Après les échanges, les responsables du site ont émis le souhait de cultiver du piment, du concombre et de la tomate. La mission a constaté un manque de certains matériaux d’usage, tels que la tuyauterie pour renforcer le dispositif d’arrosage et un tricycle pour le transport de sa récolte.
Quant au site de TAGBONONBAMBARASSO, appartenant à Monsieur Toure Amadou, il est situé à proximité du basfond du barrage de TAGBONON avec une superficie d‘environ 2 ha dont 1 ha exploité. Depuis plusieurs années, cet exploitant de culture maraîchère est encadré par un Animateur de Développement Rural de l’ANADER pour la culture de l’oignon, de concombre, de la laitue et de choux.

PURGA2 : LE MEMINADER ET L’ANADER SUPERVISENT LES ACTIVITES DES EXPLOITATIONS DANS LE NORD

Ainsi, après des échanges avec M. Touré, il est ressorti que l’appui de l’ANADER a été d’un apport avantageux pour le producteur. En effet, après une formation sur les itinéraires techniques, l’exploitant a bénéficié d’une formation en Grèce sur les cultures maraîchères, financé par le consul honoraire de Grèce. Il envisage également faire de la culture hors sol.
Par ailleurs, une rencontre s’est tenue avec l’Association des Femmes Productrices d’Attiéké de la ville de Dabakala (AFAMPAD), un groupement de 50 femmes productrices d’attiéké créé depuis 2014. Productrices individuelles, ces femmes mènent leurs activités de commercialisation et d’achats de tubercules en groupe.
Selon Mme Ouattara Adizata, présidente de cette association, l’AFAMPAD dispose de 2 tricycles pour le transport du manioc et de l’attiéké. Elle a profité de la visite pour énumérer certains besoins notamment des problèmes liés à l’électricité. En retour, la délégation a promis mettre à leur disposition une unité semi-industrielle pour la transformation du manioc.
Outre la mission effectuée à Dabakala, une autre mission s’est effectuée à la Zone de Boundiali à la même date.
Notons que l’ANADER a été représentée par Madame Koulou Nazareth, Coordinatrice Nationale de la filière Racines Tubercules Plantain (RTP), Monsieur Yao Marc son collaborateur ainsi que Monsieur Tanoh de la Direction Suivi et Evaluation.




Tous droits reservés ANADER 2017 POWERED by DISI