L’ANADER ET L’ONG ACONDA-VS S’UNISSENT POUR LA LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA    -     Par : Assi Kaudjhis

Dans le cadre de la réponse nationale de lutte contre le Sida, un mémorandum comportant un projet visant à offrir des soins aux personnes vivant avec le VIH résidants loin des centres de santé dans les régions des Grands Ponts, du Tonpki, du Cavally-Guémon, a été signé, le vendredi 08 février 2018, entre l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER) et l’ONG ACONDA-VS.
Ce projet prévu pour être mis en œuvre à partir du 1er Avril 2019, sera exécuté dans six (6) districts sanitaires à savoir : le District de Guiglo, de Duekoué,de Danané, de Zouan-Hounien, de Biankouma et de Dabou.
Selon Dr SIDIKI CISSE, Directeur Général de l’ANADER, les questions de santé et de l’environnement des populations rurales sont au cœur des préoccupations de l’Agence. C’est pourquoi, selon le Directeur, l’ANADER a intégré dans tous ses programmes de développement, le genre, l’emploi jeune et la promotion de la santé communautaire.Ainsi, ce mémorandum d’accord signé sera d’une durée de neuf mois, renouvelable d’accord partie et permettra aux deux structures de mettre en œuvre leur collaboration à travers des acquis techniques. Pour ce faire, L’ANADER entend, avec l’ONG ACONDA-VS, proposer toutes les actions innovantes permettant d’atteindre les populations issues du milieu rural éloignées des centres de santé.
A sa suite, Dr Touré Siaka, Directeur exécutif de Aconda-VS, a indiqué que des défis majeurs se présentent aux acteurs de luttes contre le VIH/sida afin de pouvoir avancer résolument vers les objectifs nationaux en matière de sensibilisation et de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/sida . C’est dans ce sens que s’inscrit cet accord qui va bénéficier du dispositif de l’ANADER sur le territoire national à travers ses Animateurs de Développement Rural (ADR), pour porter les services de santé auprès des populations des zones les plus reculées et peu desservies par les programmes de santé .
« En ce qui nous concerne, les défis majeurs sont de rapprocher les soins des populations les plus reculées et de faire en sorte que les enfants exposés à bas âge soient dépistés. Il s’agit de faire en sorte que les enfants et les adultes puissent avoir accès aux médicaments», a-t-il relevé.
En matière de lutte contre le sida, le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS) ambitionne de faire baisser d’ici à la fin 2020, la survenue de nouvelles infections dans notre pays de 50% et de réduire le nombre de décès lié au sida de 75%, selon le Directeur- coordonnateur, Dr Abo Kouamé. Signalons que l’ANADER a bénéficié de 2005 à 2016, d’un financement du Plan d’Urgence du Président Américain pour la Lutte contre le Sida (PEPFAR), pour un programme d’extension des services de prévention, de conseil, de dépistage, des soins et soutiens communautaires. Aussi, afin de pérenniser ses actions en matière de santé communautaire, l’ANADER a –t-elle mit en place depuis 2016 une Direction du Programme d’Appui à la Lutte contre les Pandémies en milieu rural (DPALP).




Tous droits reservés ANADER 2017 POWERED by DISI