PTBA 2020 : INTERVIEW DU DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L'ANADER -   -     Par : Stéphane DIBI (DCRP)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’occasion de la tenue des travaux portant sur le bilan des activités 2020 et la planification des actions pour l’année 2021 de l’ANADER, le Directeur Général Adjoint de l’Agence par ailleurs Présidente du comité d’organisation du Plan de Travail et de Budget Annuel (PTBA), Madame Nicole APHING-KOUASSI a accordé une interview à la Direction de la Communication et des Relations Publiques.


Entretien au cours duquel, elle revient sur les enjeux de cette rencontre, l’impact de la COVID19 sur les activités de l’ANADER et le point sur la mise en œuvre du PURGA-COVID19.

1- Quels étaient les enjeux de cette rencontre de Yamoussoukro ?

Le PSD 2019-2024 de l’ANADER a connu son démarrage effectif à travers la mise en œuvre du PTBA 2020 lancé, en atelier, du 12 au 16 février 2020 à Yamoussoukro.
A la suite de cet important atelier de lancement du PTBA 2020, les différents centres de coût; en s’appuyant sur les stratégies globales définies, ont développé des stratégies complémentaires adaptées à leurs réalités pour mener sur le terrain les activités relatives aux quatre axes stratégiques du PSD.
En outre, les plans d’opérations de l’ensemble des programmes ont été validés et impliquent dans leur mise en œuvre, tous les acteurs du dispositif d’intervention de l’ANADER en application du principe de la complémentarité et de la subsidiarité.
Conformément au chronogramme des activités, la plupart des activités planifiées a été mise en œuvre sur le terrain dans les centres de coût respectifs ; matérialisé par les rapports de démarrage et trimestriels d’activités.
Ainsi, au terme du 3ème trimestre de l’année, la Direction Générale organise-t-elle un atelier pour faire le bilan partiel de la mise en œuvre du PTBA 2020 et du contrat de performance d’une part et d’autre part pour planifier les activités pour l’exercice 2021.

De façon spécifique, l’atelier vise à faire le bilan des activités du PTBA 2020 au 30 Septembre 2020, faire le bilan de la mise en œuvre du contrat de performance entre l’ANADER et l’Etat de Côte d’Ivoire, faire le bilan de l’exécution du budget 2020 au 30 Septembre 2020, prendre des mesures adéquates pour corriger les faiblesses relevées dans la mise en œuvre des programmes de 2020, ainsi que planifier les activités à conduire et élaborer le budget de l’exercice 2021.

2- Cette année a été marquée par la pandémie de COVID19, quels ont été les impacts de cette maladie sur les activités de l’ANADER ?

Les activités de l’ANADER ont été freinées par la survenue de la pandémie de la COVID-19 avec les premiers cas confirmés le 11 mars 2020. Cette crise a impacté tous les secteurs d’activités. Pour la juguler, le Gouvernement Ivoirien a édicté des mesures barrières dont l’application a changé les habitudes des populations aussi bien dans les localités urbaines que rurales. Par ailleurs, la pandémie a entraîné une forte perturbation des activités des entreprises sur le terrain.
L’ANADER dont les activités se déroulent prioritairement dans les zones rurales n’a pas épargnée par les effets de cette pandémie.
En effet, face aux restrictions imposées dans l’application des mesures barrières, les regroupements des bénéficiaires dans le cadre des formations à travers les principaux outils (CEP, UD/PD, etc.), les diagnostics et les mobilisations communautaires se sont réalisés dans un délai relativement plus long occasionnant des charges de déplacements des agents plus importants dans certaines localités.
La survenue de la maladie et les mesures barrières qui s’en sont suivies ont entraîné une forte perturbation des programmes d’activités établis en accord avec les exploitants et les partenaires, sans pour autant entraîner l’arrêt de leur mise en œuvre. La conduite des activités est marquée par les difficultés de mobilisation des producteurs (refus de déplacement de certains producteurs) et de la main d’œuvre agricole du fait de la psychose créée par la pandémie.
Pour assurer la continuité du service en dépit des restrictions, l’ANADER a adopté de nouvelles approches de fonctionnement et d’intervention auprès des acteurs.
Le plan d’opération 2020 a dû être révisé. La révision des programmes a porté sur l’ajustement et l’adaptation des chronogrammes de mise en œuvre des activités en tenant compte du contexte sanitaire. En effet, certaines activités n’ont pu se réaliser selon la planification initiale du fait de la Covid-19 qui a créé une certaine psychose au niveau des producteurs et du personnel de l’ANADER. Les chronogrammes d’exécution des programmes ont ainsi été réaménagés en tenant compte des perturbations afin de conduire au mieux les activités planifiées en début d’exercice.

3- Comment l’Agence compte réaliser les activités ou programmes qui n’ont pu être exécutés du fait de la COVID19 ?

Les activités qui n’ont pu être réalisées du fait de la COVID 19 ont été reprogrammées pour 2021. Elles sont prises en compte dans le PTBA 2021.

4- L’Etat de Côte d’Ivoire a octroyé des fonds à l’ANADER afin de limiter l’impact de la pandémie dans le milieu rural. Quel bilan pouvez-vous faire de l’exécution de ce programme ?

Nous avons effectué des missions de supervision éclatées dans toutes les régions et les impressions que nous avons notées chez les exploitants sont empreintes de satisfaction. En effet, le PURGA est venu comme une bouffée d’oxygène pour les bénéficiaires qui avaient malheureusement été impactés par cette pandémie. Ce programme a donc permis de reprendre leurs activités dans d’excellentes conditions avec les dons que l’Etat leur a faits en équipements et intrants.

Ce sont environ 3 250 tonnes d’engrais (NPK et urée), 20 000 kg de fongicide, 19 500 litres d’herbicides et 100 tonnes de semences de maïs et 51 tonnes de semences maraichères mis à leur disposition. 150 millions de boutures de manioc, 3 070 950 rejets de banane plantain ont également été fournies. Aussi 24 tracteurs, 12 camions et surtout 289 tricycles leur ont également été mis à disposition par l’Etat pour le labour, le ramassage et le transport des productions.

Au niveau national, nous pouvons indiquer que le renforcement de la sécurité alimentaire est un objectif réalisable car, ce sont entre autres, 2 000 ha de bananes, 15 000 ha de manioc, 5000 ha de maïs et 5000 ha de cultures maraîchères que nous mettons en place. Les productions attendues permettront d’alimenter nos marchés.
La mise en œuvre du PURGA nous a permis également de réaliser que les besoins des petits producteurs sont effectifs. Il faut parfois juste un petit appui pour leur permettre d’exprimer leur grande potentialité et capacité de production qui peut nous permettre d’assurer la sécurité alimentaire. L’appui de l’ETAT de Côte d’Ivoire dans le cas du PURGA a ainsi été salutaire pour nos producteurs et permettra de mettre plus de productions alimentaires à la disposition de la population Ivoirienne.

5- Dans quel contexte financier le PTBA 2021 sera mis en œuvre ?

L’exécution du PTA 2021 va requérir l’intégration d’un budget qui sera caractérisé par la sécurisation des ressources et la maîtrise des charges. Le PTBA 2021 sera soumis pour validation au Conseil d’Administration avant son exécution.

6- Quel message pouvez-vous lancer aux Agents et partenaires de l’ANADER ?

Aux agents, je dirais qu’une grande entreprise comme l’ANADER est un comme un bateau qui navigue sur un océan en mouvement. Chaque agent à son poste est indispensable au bon déroulement du voyage. Une même équipe ayant pour objectif un même cap, un même et unique sillage.
A nos partenaires, je voudrais dire merci pour la coopération fructueuse de l’exercice 2020. Que les succès acquis ensemble nous réunissent encore en 2021. L’ANADER reste à leur écoute et est à leur disposition pour contribuer avec eux à l’amélioration des conditions de vie du Monde Rural.

Madame Nicole APHING-KOUASSI
DIRECTEUR GENERAL ADJOINT ANADER




Tous droits reservés ANADER 2017 POWERED by DISI