Pause Play
Le Champ Ecole Paysan (CEP), un outil important pour la vulgarisation agricole
L'ANADER assure des productions végétales de qualité
L'ANADER se tient à vos côtés pour le développement de vos productions animales

HISTORIQUE ET EVOLUTION

Avant la création de l’ANADER, l’encadrement agricole était assuré par la SATMACI (café cacao), la SODEPRA (élevages), la CIDV (cultures vivrières et horticoles), la PALMINDUSTRIE (palmier à huile), la CIDT (coton), la SAPH et l’APPH (hévéa).
L’encadrement de la pêche, de la pisciculture et les aménagements ruraux étant dévolu aux Ministères en charge de l’Agriculture, des Eaux et Forêts et des Productions Animales et Halieutiques.
Ce système d'encadrement bien qu’il ait hissé la Côte d’Ivoire à des rangs honorables de production au plan mondial (exemple du cacao, du café, du palmier à huile et d’autres cultures) présentait des faiblesses qui ont nécessité une reforme. Parmi ces faiblesses l'on peut citer:
• les surcoûts de fonctionnement liés à la duplication des structures d’encadrement qui intervenaient chez le même exploitant ;
• les coûts de structure et de fonctionnement globaux très élevés et en disharmonie avec les ressources financières affectées par l’Etat au secteur agricole ;
• la diversité des statuts des structures d’encadrement agricole ;
• l’absence de décentralisation des centres de décision constituant une réelle pesanteur ;
• la faible implication des organisations professionnelles agricoles dans l’orientation des politiques et la fourniture des services agricoles.

Grâce à l’appui technique et financier des bailleurs de fonds dont la Banque Mondiale, la Côte d’Ivoire s’est engagée au début des années 1990, dans un vaste Programme d’Ajustement Structurel (PAS) touchant tous les secteurs, suite à la crise économique liée à la mévente du café et du cacao.
Au niveau du secteur agricole, la mise en œuvre du PAS s’est faite à travers le Projet National d’Appui au Service Agricole (PNASA) avec trois (3) objectifs principaux :
• la rationalisation et la décentralisation des services agricoles par la création et la mise en œuvre d’une structure unique d’encadrement;
• le renforcement des capacités du Ministère de l’Agriculture;
• l’augmentation du pouvoir et de l’influence des producteurs agricoles sur le processus de formulation des politiques.

Ainsi la restructuration opérée entre 1992 et 1993 a abouti à la dissolution des trois établissements publics (CIDV, SATMACI et SODEPRA) en mars 1994 et à la création de l’ANADER le 29 septembre 1993 sous forme de société d’économie mixte avec un capital de cinq cents millions (500.000.000) de Francs CFA.
La création de l'ANADER visait l'amélioration de la fourniture des services agricoles aux producteurs. Sa constitution définitive s'est opérée le 24 juin 1994.

L’implantation de l’ANADER s’est faite sur toute l’étendue du territoire national de 1994 à 1997. La formation de mise à niveau et la génération d’outils maîtrisés par les agents ont permis d’apporter un conseil effectif aux exploitants et d’atteindre un taux d’encadrement de plus de 21% avec une prise en compte des préoccupations des couches vulnérables (jeunes, femmes) dans les programmes de vulgarisation.

Au cours de la phase d’implantation, un partenariat dynamique a été développé avec la recherche agricole pour mieux répondre aux besoins des exploitants à travers une approche participative mettant l’exploitant au centre de toutes les actions. Cette approche a aussi permis d’amorcer la structuration du milieu rural et favoriser l’émergence d’entreprises économiquement viables susceptibles de rendre des services effectifs à leurs adhérents.
Les résultats enregistrés au plan technique et financier ont été jugés pleinement satisfaisants, ce qui a permis d’envisager la deuxième phase à partir de 1997.
A la faveur de l’Assemblée Générale du 28 mars 1998, l’ANADER est devenue une Société Anonyme avec un capital de 500 000 000 F CFA (cinq cent millions de francs) reparti entre l’Etat (35%), les familles professionnelles agricoles et les sociétés privées connexes (65 %).