PROJET VLIR : LES ACQUIS PARTAGES    -     Par : Hermann KAUDJHIS / CCP-DCRP

Avec une production s’élevant entre 4,5 et 5 millions tonnes par an, le manioc est l’une des principales cultures vivrières produites et consommées en Côte d’Ivoire. Cependant, depuis ses dernières années, la culture du manioc fait face à de nombreux problèmes qui sont entre autres, le manque des terres cultivables dû à la pression foncière et à la forte demande.
Ainsi, afin de trouver des solutions idoines à ces problèmes de la filière du Manioc, un projet dénommé « Projet d’amélioration du rendement du manioc et du revenu des opérateurs de la filière manioc en basse Côte d’Ivoire (VLIR) » a été mis en œuvre dans les localités de Dabou et de Bingerville.
Financé par le Gouvernement Flamand à hauteur d’environ 180 millions de FCFA, ce projet qui a eu cours de 2009 à 2015 été initié par trois structures de recherche dont, l’Université de Grand en Belgique, l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Terre et des Ressources Minières (UFR STRM) de l’Université de Cocody et le Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) et mis en œuvre par l’Agence National d’Appui au Développement Rural (ANADER).
Au terme du projet, il était souhaitable de partager ses acquis à l’ensemble des parties prenantes, c’est dans ce cadre que s’est tenu le jeudi 29 novembre 2018, la remise officielle des acquis du projet par le Doyen de l’UFR STRM de l’Université de Cocody, Pr SORO Nagnin au Directeur Général de l’ANADER, Dr Sidiki CISSE et au Directeur du CNRA représenté par DR EBAH DEDJI, Directeur de la station de Recherche Technologique.
Prenant la parole, le Directeur Général de l’ANADER, Dr Sidiki CISSE a indiqué que ce projet a permis d’obtenir des résultats significatifs au niveau de l’amélioration de la productivité et de l’accroissement des revenus des producteurs. Pour ce faire, selon le Directeur Général de l’ANADER, il est important que ses acquis soient portés à l’échelle nationale afin de les pérenniser et valoriser le travail des producteurs. Il a indiqué que cette synergie d’action entre les partenaires au développement permettra d’améliorer la productivité des produits agricoles et de sortir les exploitants de l’informel.
A sa suite, Dr Ettien DJETCHI, enseignant chercheur à l’UFR STRM, a dit apprécier le rôle de l’ANADER dans la mise œuvre du projet. Il a relevé que l’implication de l’ANADER depuis la rédaction du projet jusqu’à sa réalisation a permis d’obtenir des résultats significatifs avec un tonnage qui est passé de 4,5 tonnes à hectare à 8 voir 12 tonnes à l’hectare selon la variété de manioc. Initié à Bingerville et à Dabou le projet VILR a permis de former 12 paysans aux nouvelles technologies de production du manioc.
Quant au doyen de l’UFR STRM de l’université de Cocody, Pr SORO Nagnin, il a tenu à féliciter toutes les institutions qui ont conjugué leurs efforts pour apporter une réponse à la problématique du développement de la filière manioc. Ces félicitations vont particulièrement à l’ANADER qui a permis d’identifier les sites de mise en œuvre du projet et de créer les conditions nécessaires à sa réalisation. Il a en outre relevé que ce projet a assuré la vulgarisation de nouvelles technologies tels que, l’introduction de nouvelles variétés améliorées de manioc, l’utilisation d’engrais organiques et minéral, l’introduction des légumineuses dans la culture du manioc.
Le représentant du Directeur Général du CNRA, DR Ebah Djedji, Directeur de la station de Recherche Technologique, a relevé que ce projet a permis aux acteurs de renforcer leurs collaborations. Car il a été mené dans une franche collaboration, ce qui a eu pour effet d’améliorer la sécurité alimentaire et d’impacter positivement sur le revenu des producteurs.
Signalons que c’est un total de 600 DVD, traduits en 6 langues qui ont été remis au cours de cette cérémonie aux partenaires techniques du projet dont 400 DVD à l’ANADER.




Tous droits reservés ANADER 2017 POWERED by DISI