Valorisation des sous-produits agricoles en biocarburant : les choses se précisent…        Par : Stéphane DIBI

Valorisation des sous-produits agricoles en biocarburant

Produire du biodiesel à partir des graines d’hévéa et de biométhane à partir d’un mix de résidus constitués d’épluchures de manioc, de lisier de porcin, de fiente de volaille et de résidus de bananes, c’est le résultat de l’étude de faisabilité sur la valorisation des sous-produits agricoles en biocarburant en Côte d’Ivoire. L’objectif de ce projet initié par l’Agence Nationale d’Appui au Développement Rural (ANADER) depuis 2007 est de réduire les émissions de gaz à effet de serre du trafic urbain et accroitre le revenu des producteurs sans compétition aucune avec les produits agricoles destinés à l’alimentation. En effet, des analyses effectuées, il ressort que la production de ces deux types de carburant sont techniquement faisables, économiquement rentables et à la portée de la Côte d’Ivoire.
Au terme de l’étude de faisabilité, deux sites d’implantation ont été identifiés en fonction de leur capacité de production et de leur proximité avec la capitale économique pour abriter les deux premières usines de transformation. Il s’agit de la ville de Dabou pour la première usine de Biodiesel avec une capacité de transformation de 800 000 tonnes de graines d’hévéa et la localité de Petit Yapo (Agboville) pour l’usine de biométhane avec une capacité de transformation de 75 000 tonnes soit 45 000 tonnes de lisier de porcin, 15 000 tonnes de fiente de volaille, 12 750 tonnes d’épluchures de manioc et 2 250 tonnes de résidus de bananes.

Valorisation des sous-produits agricoles en biocarburant

Toutes ces informations ont été rendues publiques lors de l’atelier de remise officielle et de partage de conclusions aux différentes parties prenantes aux prochaines étapes du projet. La cérémonie s’est tenue le mardi 6 octobre 2020 à l’hôtel Ivotel au Plateau en présence du Président du Conseil d’Administration de l’ANADER, Monsieur Coulibaly Adama et du Directeur Général Dr Sidiki Cissé. L’atelier a été rehaussée par la présence du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural Monsieur Kobénan Kouassi Adjoumani et des représentants des ministères techniques que sont l’Environnement et le Développement Durable, le Transport, le Commerce l’Industrie et la promotion des PME, les Ressources animales et Halieutiques, le Pétrole l’Energie et les Energies renouvelables venus témoigner tout l’intérêt que suscite cette étude.
Prenant en premier la parole, le Directeur Général de l’ANADER a fait un rappel des différentes dates qui ont marqué l’élaboration du projet de 2007 jusqu’à ce jour. Par ailleurs, Dr Sidiki Cissé a sollicité l’appui du Ministre Adjoumani auprès de ses collègues des ministères techniques pour la facilitation de la mise en place d’une réglementation dans l’utilisation des biocarburants qui impacteront très positivement non seulement la qualité de l’air mais aussi tout l’environnement.
Pour le Ministre Adjoumani, ce projet revêt une importance capitale car il est innovant et particulier en ce sens qu’il réunit six ministères techniques. Pour ce faire, il a instruit le Directeur Général de l’ANADER afin de tout mettre en œuvre pour que cette étude puisse créer de nouvelles richesses qui contribueront à l’amélioration des revenus des producteurs de Côte d’Ivoire. Enfin, le Ministre a lancé un appel aux structures de financement pour un appui afin de concrétiser ce grand projet.

Valorisation des sous-produits agricoles en biocarburant

Deux coopératives d’hévéa ont également pris part aux travaux. Il s’agit notamment de la COOPHESUD et la COOPHESA. Les représentants de ces deux structures hévéicoles ont exprimé leur volonté d’adhérer pleinement au projet qui constitue une véritable plus-value pour les producteurs d’hévéa.
Pour rappel, l’ANADER a dans le cadre de ce projet tissé plusieurs partenariats avec des institutions internationales (RENETECH, SCANIA et SWEDFUND). Ainsi, grâce à l’intérêt porté au projet de son partenaire SCANIA sur le développement des transports propres en Côte d’Ivoire, l’Agence a obtenu un financement de SWEDFUND et a recruté en juin 2009 le cabinet international WSP pour la réalisation de l’étude de faisabilité du projet.
Notons que la signature d’un accord tripartite ANADER, SCANIA et LONO portant sur les prochaines étapes du projet à savoir une phase zéro, une phase développement qui verra l’exploitation de la première unité à partir de 2021 et une phase d’extension à partir de 2025 a mis fin à cet atelier.




Tous droits reservés ANADER 2017 POWERED by DISI